Enseigner ou l'art de partager sa passion

 

J'ai commencé à donner des cours de musique à l'âge de 20 ans et je n'ai cessé de pratiquer l'art difficile mais passionnant qu'est la pédagogie. J'ai été amené depuis 2001 à travailler dans de nombreuses écoles de musique et mon expérience n'a cessé de s'enrichir. Actuellement, je donne de nombreux cours particuliers (saxs/flûte traversière/piano), je travaille dans une école privée à Vielha (Espagne) et au sein de l'Ecole de Musique de Saint Girons (09)  où j'anime un "Atelier de Musique Actuelle".

Le fait de pouvoir partager ma passion par le biais de l'enseignement en plus de la scène tient une place importante dans ma vie artistique et ce n'est pas "juste" un complément financier. Je prends cela très au sérieux car l'apprentissage et la pratique de la musique sont bien souvent (ou peuvent devenir) une "drogue" positive nécessaire au bien-être d'un individu.

 

                                                                                            --------------------------------------

 

Je me suis souvent demandé comment transmettre un art aussi rigoureux tout en gardant sa richesse émotionnelle. Comment faire pour qu'une activité liée à la détente ne soit pas pour autant prise à la légère ? J'ai donc développé (et je continue !) au fil des années une "façon de faire". Je vous la présente en quelques mots :

  • je travaille beaucoup sur la respiration (qui est bien sûr le "moteur" de tout instrumentiste à vent), le placement de l'embouchure, la justesse et sur la qualité du son sur l'étendue de l'instrument. Je pousse très vite l'élève à s'auto-critiquer sur sa sonorité. C'est, selon moi, la première qualité d'un instrumentiste. C'est ce qui va transcender la note ou le phrasé.
  • je place en avant le travail et le jeu par la transmission orale sans pour autant renier le support écrit de la partition. Le solfège est donc étudié par le biais de la pratique instrumentale de façon détendue et progressive avec notamment un sérieux travail sur la rigueur rythmique. En effet, c'est un point faible majeur chez la majorité des musiciens débutants (ou non) et beaucoup trop sous-estiment ou ignorent l'importance de "la mise en espace des notes".
  •  la technique. Je fais en sorte que les élèves soient le plus rapidement possible à l'aise avec leur instrument. Dans un premier temps, une pratique rigoureuse mais ludique de la gamme chromatique, des gammes majeures, des tierces et des arpèges majeurs sert de base solide à la découverte des possibilités de l'instrument, à la formation de l'oreille, à l'étude de l'harmonie (accords...) et à l'initiation à l'improvisation. Je souhaite préciser que, selon moi, la pratique "technique" doit servir avant tout le développement du vocabulaire de l'élève, sa personnalité musicale, sa créativité, sa sensibilité et le fait de rentrer en connexion avec son instrument. Ce ne doit pas être un prétexte pour frimer devant les copains en remplissant du vide...
  •  l'improvisation. C'est une chose que j'adore et qui est naturellement présente dans mes cours. Tout le monde, sans exception, est capable d'improviser et c'est toujours passionnant de développer le côté "improvisateur" d'un individu quel que soit son niveau. De plus, c'est une pratique extrêmement formatrice sur de nombreux points si elle est menée avec soin et, bien sûr en parallèle avec l'envie de l'élève. Je précise que bien que l'improvisation ait une connotation "jazz", les cadences à l'époque baroque étaient laissées en blanc afin que le musicien puisse improviser. Par exemple, Beethoven était réputé pour être un fameux improvisateur. C'est une pratique universelle, naturelle, spontanée, libre, profondément humaine et donc indispensable.
  •  les musiques jouées. Je choisis des morceaux ayant à la fois un réel intérêt musical et pédagogique tout en me souciant de la sensibilité et de la culture de l'élève. On pratique ensemble sur partition ou à l'oreille, sur disque (avec accompagnement ou non) ou bien encore en duo piano/sax ou flute. Concernant les styles musicaux joués : tout est possible ! Sur ce point, je tiens à préciser que l'élève et le formateur doivent faire preuve de tolérance, d'ouverture d'esprit et de curiosité mutuelle.
  •  le matériel. Je conseille au mieux les personnes qui n'ont pas d'instrument ou autres (becs, anches...) à choisir un matériel correspondant idéalement à leurs besoins. Pour les autres et si le besoin se fait sentir, on prends le temps d'étudier une évolution matérielle. J'insiste sur le fait que je ne suis pas un commerçant et que : "super matos" ne veut pas dire "super zicos" ! Il convient de faire preuve de beaucoup de sagesse et de patience afin d'éviter de la dépense d'argent et d'énergie inutile.
  • la culture musicale. Pour apprendre une langue étrangère, une des méthodes principales est de l'écouter parler ! Pour la musique, c'est pareil ! Il est possible par le biais d'internet d'avoir accès à une bibliothèque musicale incroyable (attention, je ne parle pas de téléchargement illégal) et chacun peut facilement se cultiver de façon importante et à n'importe quel moment. L'acte d'écouter de la musique -et non simplement de l'entendre- lorsque l'on est en apprentissage est primordial. Je prête par exemple régulièrement mes CD aux élèves afin qu'ils écoutent et découvrent de nouveaux musiciens et genres musicaux. Lire des livres ou voir des documentaires sur le sujet est tout aussi important.
  •  le piano. J'aime cet instrument et je le pratique modestement mais régulièrement depuis quelques années déjà. Un musicien jouant d'un instrument monophonique se doit de pratiquer un instrument polyphonique. J'accompagne donc l'élève afin qu'il puisse jouer avec un accompagnement "vivant" et autant que possible réactif. C'est bien sûr très agréable de jouer ensemble de cette façon et c'est de surcroit très formateur pour le développement du "jeu" de l'élève.
  • le planning des cours. Un des avantages des cours particuliers est que l'on peut en prendre lorsque l'on veut ou lorsque l'on peut ! Evidemment, il est préférable pour la progression de l'élève et pour mon organisation personnelle de fixer un rendez-vous régulier et à la même heure. Bref, un peu de politesse, de communication et d'anticipation et on s'arrange toujours !

 

                                                                                                -----------------------------------------

 

Combien cela coûte ?

Le temps passé en cours est fondamental. Lorsque l'on vient apprendre un savoir aussi complexe que la musique, il me semble important de passer du temps en présence du formateur.

Je propose donc dans le cadre des cours particuliers

  • 4h / 64 euros
  • 3h / 53 euros
  • 2h / 32 euros (formule habituelle pour un adulte régulier)
  • 1h30 / 26 euros
  • 1h / 21 euros
  • 45 minutes / 16 euros (enfant - de 10 ans par exemple)

 

Chaque élève étant différent, ce choix se fait au cas par cas.

La notion de "temps" s'applique aussi pour la pratique personnelle de l'élève. En effet, le temps passé avec moi en cours ne suffira pas à progresser et il va de soi que le temps passé sur l'instrument sera un gage certain de résultat et donc de plaisir musical .

Pour les écoles de musique désireuses de me faire travailler,  je me plie aux temps de cours imposés.

 

                                                                                                         Le CESU

Mes cours sont obligatoirement déclarés par le biais du CESU (Chèque Emploi Service Universel).

Ce système permet d'officialiser mon travail et permet à la personne qui me déclare de bénéficier d'un avantage fiscal de 50%.

 

                   Au plaisir de vous croiser en cours !             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×